Une liste unique de la droite et du centre pour les élections municipales à Rouen !

Il y a trois semaines, je sortais de ma réserve pour la réclamer et répondre ainsi à l’attente des Rouennais. Je mettais dans la balance ma candidature, en prenant soin de ménager les candidats en lice, pourtant certains se sont permis de répondre avec dédain dans la presse, oubliant un peu vite l’entrain que j’avais mis à les soutenir, car la nature de mon engagement politique n’aura pas échappé aux Rouennais : je suis centriste.

Pourquoi demander l’union « sans délai » ?

Parce que derrière les chefs de files désignés travaillent, par thématiques, depuis plusieurs mois, des équipes de bénévoles dans chaque camp pour faire un état des lieux précis de la situation Rouennaise et des attentes des Rouennais. Ce travail faisant l’état des problèmes laissés par la municipalité PS et proposant les solutions que les uns et les autres souhaitent apporter aux Rouennais et terminé à l’UDI comme à l’UMP. Le moment de la construction du projet qui sera soumis aux Rouennais commence donc maintenant. Dans ces conditions, il me semble indispensable que les partenaires de demain se retrouvent dès aujourd’hui, qu’ils construisent un projet cohérent qui respecte les sensibilités politiques des partenaires de cette future majorité municipale que nous souhaitons tous. Ainsi nous éviterons l’écueil d’une majorité rassemblée sur le tard ne partageant pas le même projet et vouée à l’éclatement municipal comme nous l’ont si bien montré le PS et EE-LV pendant ce mandat municipal.

La solidité d’un projet bien construit, la solidité d’une équipe équilibrée ne peut s’obtenir valablement dans une négociation à la va-vite !

Comme je m’y étais engagé, « je ne manquerai pas … de m’investir dans la construction d’une liste unique, seule condition de ma participation aux élections ». C’est pourquoi, j’ai décidé d’œuvrer à la construction d’une équipe de campagne représentative de toutes les tendances de l’actuelle opposition municipale. Je me suis rapproché pendant ces trois semaines de l’ensemble des acteurs politiques Rouennais.

Mais ma famille politique s’obstine à attendre une solution nationale devant tout résoudre alors même que Jean-Louis Borloo déclare que dans les territoires les choses se font naturellement !

Pourtant lors des dernières élections régionales, je participais avec Catherine Morin-Desailly sous l’étiquette N.C. à la liste menée par un chef de file UMP : Bruno Le Maire qui avait fait siennes les nombreuses propositions centristes du projet.

Lors des élections cantonales, candidat défendant les couleurs du Nouveau Centre, je soutenais sans état d’âme au second tour Jean-François Bures UMP dans une démarche d’alliance contre la candidate PS.

Lors des élections législatives, à son tour Jean-François Bures UMP m’apportait son soutien en étant mon suppléant contre la candidate PS.

Nous avons su l’un et l’autre au fil des années, défendre nos idées, campagnes après campagnes, ne perdant jamais de vue qui était l’adversaire politique et sachant effacer l’un et l’autre notre ego, à chaque fois, dans l’intérêt des Rouennais que nous avons toujours défendus.

Je me suis donc tourné vers Jean-François Bures qui, à l’heure ou les commissions UDI et UMP restituent leur travail, partage avec moi l’idée d’une construction collective du projet, construction qu’il souhaite ouverte aux centristes et à la société civile dans un rapport équilibré.

Nous souhaitons un changement dans la gestion de Rouen parce que nous avons une ambition pour les Rouennais et leur ville, en travaillant ensemble, nous montrons que nous mettons nos ambitions personnelles de côté pour construire une nouvelle offre politique solide face aux mirages des promesses électorales.

Nous proposerons une offre dépolitisée au maximum parce que complètement centrée sur l’intérêt des Rouennais.

C’est parce que je suis certain qu’unis nous atteindrons la victoire, c’est parce que je suis certain qu’en élaborant ensemble ce projet notre proposition convaincra les Rouennais.

C’est parce que je suis certain que Jean-Louis Borloo avait raison à Valencienne de « laisser les étiquettes politiques au vestiaire » pour se mettre autour de la table et travailler que j’ai décidé avec Jean-François Bures de travailler à ce projet commun.

Je sais pouvoir compter sur son engagement personnel de respecter l’équilibre et l’expression des forces politiques et civiles en présence dans l’intérêt des Rouennais.

Cyrille GRENOT,

Candidat de la Droite et du Centre

Aux dernières Élections Législatives.

Publicités
Publié dans LES MESSAGES, MUNICIPALES 2014, ROUEN | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Trop d’impôt crée encore plus d’impôt !

Le gouvernement exprime le souhait de développer l’immobilier, c’est un secteur potentiellement créateur d’emploi et dans  lequel  les besoins sont légions. Bien !

Mais comme d’habitude, il y a l’objectif affiché et une politique qui provoque le contraire !

L’immobilier (terrains et constructions) est internationalement devenu le secteur où  les capitaux sont les plus imposés surtout en France (« Etude comparative sur la taxation de la propriété Immobilière en Europe » Tassos G. Vappas) ce qui a pour conséquence directe la fuite des investisseurs institutionnels à la recherche de meilleurs rapports, par exemple les assurances ont réduit de deux tiers leur participation sur le marché locatif. L’argent privé n’ira donc plus vers le logement.

De plus la conséquence de cette hyper pression fiscale  est la répercussion dans l’augmentation du coût du logement qui prend une part accrue du revenu des ménages.

Ainsi la taxation excessive va tuer le logement locatif privé, ce qui augmentera la demande de logements publics qu’il faudra financer avec plus d’impôts.

Le PS se lance donc dans un système de taxation exponentiel en faisant fi du  « trop d’impôt tue l’impôt », ils s’enfoncent dans le trop d’impôt crée encore plus d’impôt !

Publié dans DIVERS, POLITIQUE NATIONALE | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Copé, joue t-il à l’apprenti sorcier…

En réexaminant le droit du sol et en proposant la suppression de l’acquisition automatique de la nationalité, Copé ne risque t-il pas de fragiliser le socle républicain autour duquel nous nous retrouvons ?

A la veille des élections municipales, il prend la lourde responsabilité de remettre en cause la plate-forme UMP-UDI, qui a pour vocation de générer une large coalition et de proposer aux Français un projet économique et social alternatif, construit sur des idées partagées.

Cette remise en cause permanente des fondamentaux de la droite modérée par certains édiles nationaux, heurte les Français qui commencent à douter de notre capacité à les sortir de l’ornière dans laquelle ils se trouvent.

La médiatisation quotidienne des déclarations de chefs des grands partis, réagissant au coup par coup nuit irrémédiablement à l’apaisement dont notre société a besoin. La clarté du discours sévèrement ébranlée  fait le lit du Front National qui capitalise tous les rejets, y compris celui de la politique spectacle. La vraie réponse est dans la construction d’un projet stable et de long terme, la mise en avant de nos véritables valeurs et de nos différences avec ce parti.

Rappelons-le, celui qui prétend conduire à la destinée d’une ville doit avant toute chose, rassembler autour d’un collectif, pour trouver le meilleur équilibre de l’intérêt général et du bien vivre ensemble. C’est ce que font la plupart des maires des petites communes dans l’oubli des étiquettes politiques mais dans la construction d’un véritable projet de vie et de ville pour leurs administrés.

L’action du candidat sur le terrain local, inscrite dans l’écoute, lui impose de penser sa ville avec clarté et passion, en toute indépendance mais aussi dans le respect du socle défini par les états-majors. Encore faut-il que celui-ci soit crédible et stable.

L’urgence aujourd’hui est de rassembler autour des projets pour nos villes, viendra le moment de parler de l’Europe et de nos territoires puis celui du projet présidentiel. Notre débat démocratique ne peut se réduire au seul débat présidentiel, ni se satisfaire du seul bipartisme dans lesquels notre cinquième république s’est enfoncée, sans prendre le risque de maintenir notre pays dans la plus grande confusion.

Publié dans DIVERS, MUNICIPALES 2014, POLITIQUE NATIONALE, ROUEN | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Lettre ouverte aux Rouennais

Chers amies,

Chers amis,

Je veux une liste unique d’opposition municipale à Rouen.

 J’ai souhaité réagir à l’appel de la rue car depuis trois mois maintenant les Rouennais s’interrogent, auront-ils une liste d’union pour représenter l’opposition municipale à Rouen ?

Le calendrier des investitures a fait émerger à l’UMP comme à l’UDI de nouvelles candidatures qui devaient permettre d’identifier de nouveaux acteurs dans le jeu politique Rouennais, soit ! Je trouve l’idée en effet justifiée d’élargir le nombre des porte-drapeaux pour augmenter la diffusion de nos propositions.

Mais il ne faudrait pas que cette idée intéressante ne se transforme en repoussoir pour les électeurs qui pourraient l’interpréter comme une forme de division ce qui n’est pas le cas ; l’ensemble des membres engagés pour la reconquête de Rouen travaillent à travers différents groupes aux côtés des représentants de la société civile et au delà des clivages politiques pour élaborer un projet qui réponde aux attentes des Rouennais.

Les commissions d’investitures nationales ne semblent pas pouvoir se mettre d’accord sur les solutions actuellement proposées. Je leur propose une ultime alternative, elles ont désormais un large choix de propositions, il est temps de les sommer de prendre une décision, c’est l’objet de ma lettre ouverte.

Je leur demande de désigner sans délai, et sans état d’âme une tête de liste commune, les Rouennais sont intelligents, ils sauront tous se rallier derrière ce leader pour reconquérir Rouen.

Leur choix est simple  et par ordre d’apparition :

Jean-François BURES, tête de liste UMP à ce jour non validée par l’UDI

Patrick CHABERT, tête de liste UDI à ce jour non validée par l’UMP

Pierre ALBERTINI, ancien maire de Rouen s’est aussi porté candidat pour tenter d’emporter une décision positive pour Rouen.

Je me place dans le même esprit en qualité de candidat de l’opposition commune UDI/UMP aux dernières élections législatives de 2012.

Nul ne peut douter de mon engagement au service des Rouennais, nos instances ne trouvent pas de solution, je leur en propose une dernière alternative, qu’ils nous répondent et nous permettent d’engager la campagne sans délai.

En l’absence de réponse, je ne manquerai pas de prendre mes responsabilités mais je voulais partager avec vous mon coup de gueule, et s’il y est question de ma candidature pour les prochaines élections municipales je n’en fais pas une affaire d’ego et ne manquerai pas de m’investir dans la construction d’une liste unique, seule condition de ma participation aux élections.

Je vous prie de trouver ci-dessous ma lettre ouverte aux Rouennais et aux instances nationales

Messieurs les présidents de l’opposition,

 

Monsieur Hervé MORIN (UDI-Nouveau Centre),

Monsieur Jean-Louis BORLOO (UDI-Parti Radical),

Monsieur Jean-François COPE (UMP),

Monsieur François FILLON (UMP),

 

Messieurs les politiques parisiens, vous qui semblez bien loin de nos préoccupations Rouennaises, je voulais vous informer de ma candidature pour mener la liste d’opposition  aux municipales 2014 de Rouen.

Elle ne devrait pas vous étonner car en substance vous savez mon attachement à ma ville et à ses habitants. Elle devrait même vous satisfaire, vous qui n’arrivez pas à vous décider sur un candidat unique.

Pour ma candidature, c’est plus simple : vous m’avez déjà accordé votre confiance pour mener la barque de l’opposition Rouennaise lors des dernières élections législatives de 2012. Et la qualité du résultat obtenu : deuxième score national devant un ministre en pleine vague rose n’était pas pour vous déplaire non plus.

Quand aux Rouennais, ils ont marqué de leurs bulletins déposés dans les urnes leur satisfaction de me voir défendre leurs valeurs. Les adhérents de vos partis respectifs étaient tous venus à ma rencontre et m’avaient largement témoigné leur sympathie. Les militants avec qui je partage les places de marché, les boîtes aux lettres et les porte-à-porte depuis quelques années me portent tous en affection. Enfin les élus locaux avaient tous largement soutenus mon action.

Alors pourquoi traîner, les Rouennais ont besoin d’un meneur pour reprendre cette ville laissée pour compte de la gestion socialiste. Ils ont confiance en ma capacité sur place à utiliser au mieux toutes les bonnes volontés et les meilleures compétences  pour arriver à nos fins. Ils attendent que vous confirmiez sans délai que vous pensez à eux, car ils savent combien le temps de la campagne est précieux, ils savent que c’est unis que nous réussirons notre pari, celui du changement à Rouen, celui de leur avenir que vous tenez entre vos mains.

J’ai laissé les velléités partisanes et personnelles s’exprimer, mais ma volonté de défendre les Rouennais et mes idées ne saurait attendre plus longtemps. Les nombreux Rouennais qui m’invitent chaque jour à poursuivre le travail entamé ne veulent plus attendre non plus.

Je compte sur votre sens de l’intérêt collectif, je compte sur la confiance que vous m’avez déjà témoignée.

Pour l’avenir des Rouennais, chaleureusement.

Cyrille GRENOT,

Votre Candidat aux élections législatives 2012.

Votre Candidat aux élections municipales ROUEN 2014 ?

Publié dans DIVERS, MUNICIPALES 2014 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

ÇA NE VOUS RAPPELLE RIEN ?

Voici l’axe de communication choisi par Yvon Robert, pour lancer sa campagne aux élections municipales. Vous m’excuserez d’intervenir, mais bien que n’étant pas candidat je suis interpellé par cette communication, que je vous livre volontairement partielle et floutée pour la compréhension du propos.

plagia_psVous trouverez ci-dessous la version originale utilisée sur tous mes tracts de la campagne des législatives de 2012 qu’ils n’ont pas pu ignorer.

Tirez en les conclusions que vous voulez, mais vous en conviendrez avec moi je pense, décidément que le PS local a donné tout ce qu’il pouvait lors de son mandat et est maintenant  totalement à court d’imagination ! Et pour vous dire le fond de ma pensée, qui n’engage que moi, il en est de même pour leurs projets. Je crois qu’ils sont à bout, qu’ils ont fait le maximum et que maintenant il faut les remercier du travail accompli et leur laisser 6 ans de réflexion ?

extrait tract législatives 2012

extrait tract législatives 2012

En tous cas si j’y voie peut être du plagia, je préfère considérer que c’est une sorte … d’hommage ?

😉

Publié dans DIVERS, MUNICIPALES 2014, ROUEN | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Double jeux de maux !

Deux messages gouvernementaux m’ont exaspéré cette semaine, le premier l’annonce de la reprise, et le second celui de la pause fiscale.

Le premier ministre porte assurément une forte responsabilité sur ce type de communication, annoncer de la croissance alors que la prévision de hausse n’est que de 0,9%, c’est certes communiquer un message optimiste et on comprend pourquoi le gouvernement agît ainsi ; mais comme l’utilisation du mot reprise est un mensonge, c’est prendre le risque que le moral des Français tombe en berne en se rendant compte qu’il n’en est rien !

Cette douce amorce de reprise devrait pourtant être encouragée pour pouvoir se transformer en croissance, les moyens sont connus et c’est le moment. Il faudrait stimuler la croissance et la consommation mais pour cela  il faudrait empêcher les augmentations d’impôts en équilibrant le budget de l’état par des efforts sur la dépense !

Or ni l’une ni l’autre ne sont vraiment au rendez-vous des décisions de  l’état. La pause fiscale annoncée à grand renfort de publicité n’aura pas lieu : hausse de la TVA, baisse du coefficient familial, pour la partie visible de l’iceberg.

Mais que dire de la suppression des déductions pour enfants scolarisés (alors qu’on annonce la hausse des bourses): 735 millions d’euros discrètement inclues dans les 15 milliards d’économies sur les dépenses de l’état.

Mais que dire de la suppression des exonérations fiscales sur les complémentaires des salariés pour 1,6 milliard d’euros discrètement inclues dans les 15 milliards d’économies sur les dépenses de l’état.

Mais que dire de la suppression annoncée de 3 milliards d’euros sur les remboursements d’assurance maladie discrètement inclue dans les 15 milliards d’économies sur les dépenses de l’état.

L’ensemble de ses économies pour plus de 5 milliards d’euros ne sont pas des économies des dépenses de l’état mais bien une taxation déguisée mais supplémentaire pour les Français.

Il reste certes 9 milliards d’euro de baisse du budget de l’état qui pour 2% du budget seront de vraies (si elle sont réalisées) baisses des dépenses de l’état, mais qui incluent la suppression des grands chantiers d’infrastructures qui en réalité seraient de vrais projets créateurs d’emplois.

Bref, le gouvernement prend le risque de rater le rendez-vous de la croissance, car il continue de diminuer le revenu des ménages, parce qu’il n’assainît pas la dépense publique, parce qu’enfin il n’incite pas le capital à s’investir dans l’innovation qui est toujours le creuset de la croissance seul créateur d’emplois.

Au contraire, il se concentre sur le traitement social du chômage (emplois aidés – emplois d’avenir – contrats de génération – emplois francs – garantie jeunes ) tous à la charge de l’état, certes nécessaires, mais qui ne créent ni valeur ajoutée, ni relance, mais augmentent la charge financière de l’état et donc du contribuable sans apporter la moindre solution durable mais juste pour satisfaire une promesse électorale clientéliste.

Le vrai emploi, ce n’est pas celui qui coûte de l’argent à l’état, c’est celui qui lui en rapporte !

 

Publié dans DIVERS, LES MESSAGES, POLITIQUE NATIONALE | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

DUFLOT coule l’immobilier

Notre immobilier est en crise : défaut de logement, besoin de rénovation du parc.

La solution semble évidente : il faut créer une politique incitative pour créer de l’investissement dans la construction et la rénovation éco-responsable des logements pour permettre de répondre au besoin de logement, engendrer une reprise de l’emploi et favoriser l’isolation et la reconversion énergétique des logements ce qui est un système éminemment écologique !

Mais DUFLOT fera un FLOP :

Car pour répondre à ces problèmes concrets la ministre choisit des réponses politiques partisanes :

La première, l’encadrement des loyers dont il est évident qu’il va plaire à son électorat. Mais qui va provoquer une baisse de l’investissement dans l’immobilier limitant les perspectives économiques du secteur et empêchant de dégager les marges nécessaires à la rénovation des logements par les propriétaires ce qui in fine empêchera le développement du nombre des logements et limitera les économies d’énergies aggravant le coût pour les locataires !

La seconde, la GUL (garantie universelle des loyers) qui encore une fois va séduire son électorat en faisant croire qu’elle protégera les plus pauvres.

Mais une fois encore, quel effet de manche !

Car ce serait donc à la charge pour 50% de tous les locataires (qui vont donc tous voir leurs loyers augmenter et pour 50% de tous les propriétaires qui incluront nécessairement au final cette augmentation dans le prix du loyer que paieront tous les locataires ! En période de crise ceux-ci apprécieront !!!

Cette mesure porte en son sein sa propre dérive, car quand il faudra choisir pour les ménages en difficulté un poste budgétaire à ne pas payer ce sera nécessairement le loyer puisque, étant assuré ce choix ne pénalisera en apparence personne ! Sauf que le budget initial prévu de 2% (ce qui est une hausse annoncée de 2% des loyers ) dérapera inévitablement en temps de crise. De plus les professionnels du secteur annoncent une évolution rapide de la GUL vers 6% (sur la base de l’état actuel des impayés).

Merci madame la ministre, grâce à vous les locataires auront moins de logements disponibles, ils ne seront pas transformés en logements éco- responsables et ils seront plus chers ce qui va participer à la baisse de pouvoir d’achat des deux tiers des habitants de Rouen !

Pour info le loyer représente en moyenne 25% du budget des ménages.

Publié dans DIVERS, POLITIQUE NATIONALE, PREMIERE CIRCONSCRIPTION DE SEINE MARITIME, ROUEN | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

« Rouen @ venir » – Municipales 2014 : Centristes et indépendants au travail

Bonjour et bonne rentrée à tous,

Cette rentrée est encore une fois politique au vu des enjeux de mars 2014. Vous avez été nombreux à me demander quand les centristes de Rouen se manifesteraient, pourtant vous n’étiez pas sans savoir que dès la fin des législatives nous avons travaillé autour de Catherine Morin-Desailly à la reconquête de notre ville.

C’est pourquoi je suis ravi de vous transmettre ce communiqué de l’ U.D.I. de Rouen.

Pour les centristes, la trêve estivale aura été de courte durée. Ce samedi 31 août aura été l’occasion pour « Rouen @ venir », le groupe de travail constitué par Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime, chef de file du Centre à Rouen, de faire un bilan d’étape des travaux engagés en juin dans la perspective des élections municipales de 2014.

Rouen @ venir, ce sont 9 commissions thématiques qui se sont réunies régulièrement ces deux derniers mois en vue de proposer le changement voulu par les Rouennais.

« Ecouter et associer, pour être au plus près des préoccupations de nos concitoyens et mieux appréhender leurs attentes et leurs besoins » telle est la méthode voulue par « Rouen @ venir » qui rassemble les membres de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) de Rouen parmi lesquels Patrick Chabert, Brahim Charafi, Cyrille Grenot, Hélène Van De Walle, les élus centristes et indépendants siégeant au conseil municipal (Nicolas Zuili, Laurence de Kergal, Edith Calonne, Alain MBongo et Anne-Sophie Deschamps) et des membres de la société civile, Jean Braunstein, Marie-Paule Cocatrix…

« C’est tous ensemble, rassemblés autour de nos valeurs communes au service de Rouen et des Rouennais, que nous abordons cette rentrée. Au-delà des travaux de réflexion, les prochaines semaines seront l’occasion de rencontres sur le terrain, des réunions publiques … pour affiner le diagnostic : perte de dynamisme et d’attractivité de notre ville, sentiment d’abandon (voierie, propreté…), déficit d’ambition économique et de vision à long terme, perte d’influence au sein de l’agglomération … C’est le défi que nous devrons relever demain, pour faire de Rouen, non pas la ville aux « 100 projets », n’ayant qu’un « R de capitale », mais bien une ville d’avenir. »

Contact :
federation76@parti-udi.fr

Publié dans MUNICIPALES 2014 | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Quelle éducation pour nos enfants ?

J’avais porté aux dernières élections législatives, l’idée que dans un pays où les élèves font le plus grand nombre d’heures scolaires dans la période de cours la plus courte de l’Europe ; le travail d’étude sur la réforme des rythmes scolaires entrepris au Sénat pendant le précédent quinquennat  devait être poursuivi avant d’aboutir à une réforme non seulement des rythmes scolaires, mais de la scolarité dans son ensemble.

L’actuel gouvernement a choisi d’aller vite et de proposer une loi dont on voit bien qu’elle est incomplète, cela méritait bien un débat, merci à l’UDI et à la FEDI de l’organiser près de chez nous.

Je vous invite donc chaleureusement à participer à cette rencontre-débat le 16 mai prochain.

Invit Carrefour UDI 76 - Education

 

 

 

 

 

Publié dans DIVERS, POLITIQUE NATIONALE | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La lettre de mes colistiers à la Région

 

 

 

LCCR9 (1)

Publié dans REGION HAUTE NORMANDIE | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire